L'ART DOMINICAINE

l'onirisme de

Fernando Ureña Rib

MARIANNE DE TOLENTINO

 

Dos temas recurrentes dominan en las secuencias oníricas: la figura humana y las plantas. Pueden ser motivos únicos o combinarse. Un tercer centro de interés surge esporádicamente, el ave. Ahora bien, cual sea la variante temática las relaciones especiales se asemejan y constituyen, en cuanto a estructuras y composiciones, la principal búsqueda gráfica y plástica . El dinamismo se manifiesta a través de formas a la vez sólidas y fluidas, penetrantes, compenetradas y yuxtapuestas.

Abraction Onirique. Peinture a l´huile de Fernando Ureña Rib.1996

 

 

Un tel onirisme de rêveries incantatoires se matérialise en un monde de mutations et de métamorphoses où l'oiseau, énigmatique par expression et définition, s'inscrit à (en???) mode de mythe dans la théogonie de l'artiste. Plus encore, l'oiseau, le symbole le plus approprié de la transcendance selon Carl Young, peut s'interpréter comme être-médium unique, doué d'une vision spirituelle, allégorie du voyage libérateur pour l'inconscient. Il se convertit en symbole de l'onirisme par excellence, dans la création de Fernando Ureña Rib Pour nous identifier pleinement avec cette étape youngienne de synchronisme, qui fusionne iconographiquement des impressions intérieures et extérieures, volontaires et intuitives, éveillées et endormies, il convient d'écouter le peintre lui-même : "Une vision anticipée qui fusionne le vécu et le propre hasard. Ainsi durant le processus qui conforme son existence, chaque tableau formule des lois que je découvre lentement et auxquelles j'obéis, poussé par une fascination impulsive. Pendant qu'il mûrit, pendant qu'il atteint son autonomie expressive, le tableau clame, exige, refuse. Il émet et demande une énergie." 

Fernando Ureña Rib manie en même temps le dessin et la peinture, le premier se distinguant à certaines périodes mais "naissant" dernièrement d'une phase et d'une solution essentiellement picturales : nous le vérifions dans l'exposition toute récente de décembre 1988. Quant à la sculpture, il arrive un phénomène particulier. Huit ans auparavant, les tailles polychromes de l'œuvre de Fernando Ureña Rib, organiques, fantastiques et surréalisantes permettent d'entrevoir ce qui est aujourd'hui en peinture, sa dernière métamorphose.

Pour sa "fixation" sur le dessin, Fernando Ureña Rib se trouve en bonne compagnie, partageant cette affinité avec les plus grands de l'art universel et de l'art dominicain: Jaime Colson, Yoryi Morel, Darío Suro, Ada Balcácer, Peña Defilló, Ramón Oviedo, pour ne citer que quelques noms, son de grands peintres et de grands dessinateurs. Hier, Ingres qualifiait le dessins "la probité de l'art", aujourd'hui le critique d'art Gérard Xuriguera l'appelle "un langage pour traiter avec l'esprit", "une grammaire du trait", "le refuge des purs". Locutions susceptibles de s'appliquer au langage graphique de Fernando Ureña Rib, en sa rigueur, sa diversification, sa fluidité. Il croit et fait croire en la puissance et la richesse infinie de la ligne.

Il aborde le dessin avec une main de virtuose. Il sera arrivé a Fernando Ureña Rib exécuter cette sorte de dessin qui ressemble au premier jet de la création. Il considère le dessin comme une forme de communication autonome, complète, capable de tous les effets et de toutes les expressions. Plus encore, dans les premières années le dessin imposait son intensité par sa netteté et l'efficacité de son image.

Le dessin se fait si impératif dans la phase caricaturale et les premières approches oniriques qu'il prétend simplement changer d'instruments et de matériaux, pour inscrire et construire ses formes. Bien que l'œil entraîné capte la force et la sûreté du dessin sous la substance et les accords de la couleur, dernièrement la peinture affirme sa supériorité par sa densité et la texture de la matière. Quand Fernando Ureña Rib présenta un ensemble de dessins en 1986, nous nous sommes demandés sil s'agissait d'un transfert de sa période surréalisante et ce qu'il allait obtenir en changeant des éléments chromatiques et facturaux si réussit pour les simples traits... ou sil y aurait retour a des expressions antérieures. 

La sculpture de Fernando Ureña Rib  se caractérise par des volumes enveloppants et enveloppés, par des formes biologiques, baroques contournés par la faculté de transmettre la sensation d'un lent mouvement giratoire. Ombre et lumière se répartissent les saillis et le creux les incitions rayonnantes, les incidences curvilignes et même complètement circulaires. Néanmoins, souvent polychrome, cette taille porte le sceau du peintre. La texture lisse, consistance, mate ou brillante de la laque convienne autant a la forme qu'au volume, le rendant plus somptueux et sensuel.

Un aspect intéressant réside dans la possibilité d'un changement d'échelle ou au moins le suggère au spectateur. Nous verrions bien ces pièces de moyen format réduites a des petits "objets d'art", interprétés en bronze ou agrandit a des dimensions monumentales dans un parc, réalisés alors en pierres. Une question surgit. Fernando Ureña Rib reviendra t-il a la sculpture qu'il a relégué ces dernières années?

 

Marianne de Tolentino

 

FERNANDO URENA RIB

ART STUDIO

 

 

CONTACT INFORMATION

  

 

Revisado: May 28, 2013
TODOS LOS DERECHOS RESERVADOS. ALL RIGHTS RESERVED

 

 

Orfica

 

Home Contact us Search for Artists profiles Latin Artists Directory

© Latin Art Museum 2006
 free hit counter